Mesurer facilement le temps de chargement d’une page web – Mesurer à travers le monde

Mesurer facilement le temps de chargement d’une page web – Mesurer à travers le monde

Introduction

Nous avions vu dans un précédent article qu’il était possible de mesurer le temps de chargement d’une page web depuis une console navigateur. La donnée remontée est précise mais on reste dépendant du réseau sur lequel on se situe. Il peut être intéressant en effet de mesurer un temps de chargement de page web depuis d’autres endroits de la planète. En effet les mesures depuis la console ne sont vraies que pour votre environnement/votre accès à internet mais comment cela se passe depuis un autre endroit de la planète ? Y a-t-il vraiment un impact ? J’ai envie de répondre « Oui ». Mais allons le démontrer.

Principe

Quand on renseigne l’adresse d’un site web il faut voir qu’en réalité on va se connecter sur le serveur web sur lequel sont reliés l’adresse et le contenu recherché. Ainsi si notre site est hébergé en France et qu’on est aux USA il va falloir que les informations transitent via un câble sous-marin par exemple comme une autoroute à suivre. Mesurons le temps de chargement d’une page web depuis des outils en lignes. Pour mon test je vais utiliser le site « LyonTesting » et me baser sur les sites suivants pour faire mes mesures

Il existe sûrement d’autres outils n’hésitez pas à les partager.

Je présenterai WebpageTest plus en détail dans un article à part car cet outil permet de mesurer des performances d’une façon très précise.

Le site est hébergé chez OVH (Whois) et depuis ma console Web j’ai mesuré le temps de réponse de la page home (sous Chrome 56)

Protocole de mesure

L’ensemble de ces sites a une approche similaire. On copie-colle le lien, on sélectionne le serveur et le navigateur puis on lance la recherche à la suite du résultat de la recherche précédente (pour ne pas interférer les résultats).

Exemple avec Pingdom

1er test

Serveur situé au même endroit (ou très proche)

  • Pingdom – Région « New York City, USA » – Chrome 39

  • WebpageTest – Région « Virginie, USA » – Chrome 56

  • Gtmetrix – Région « Vancouver, Canada » hors protocole – Firefox 49

On voit d’après ces résultats que pour le site « WebpageTest » on retrouve des valeurs proches de celles mesurées à la main. Par contre le site « Pingdom » ramène une valeur plus rapide que mes mesures depuis la console. On peut penser qu’une partie de la page n’est pas chargée mais ce n’est pas le cas. Les 2.1 MB de la page sont bien chargées et le nombre de requêtes est quasi le même (console : 67, Pingdom : 70, WebpageTest : 66 Gtmetrix : 62). Etrange non ?

Chrome 39 serait-il plus rapide que Chrome 56 ? Au vu des résultats on peut le penser. A creuser.

2eme Test

Serveur situé dans des endroits différents (autre continent)

  • Pingdom Région « Melbourne, Australia » – Chrome 39

  • WebpageTest Région « Buenos Aires, Argentina » – Chrome 56

  • Gtmetrix « Vancouver, Canada » Hors protocole – Firefox 49 Inchangé

Surprenant non ? Tous les sites ont mis plus de temps à charger (jusqu’à 5s de plus pour l’Australie)

Je relance le même test pour WebpageTest

  • WebpageTest Région « Australia » – Chrome 56

Tendance confirmée. Les résultats sont cohérents, on peut imaginer que le temps pour contacter le serveur de ces pays en France met plus de temps qu’aux USA. Mais qu’en est-il en Europe ?

3eme test

Serveur en Europe

  • Pingdom Région « Stockholm, Sweden » – Chrome 39

  • WebpageTest Région « Brussels, Belgium » – Chrome 56

Alors que les résultats pour Pingdom sont similaires à la mesure en Virginie, on remarque que du côté de WebpageTest se rapproche des résultats de la console. Les temps de réponses sont également plus faible que depuis les USA. Plus proche du serveur donc moins de chemin à parcourir.

 

Conclusion

On est parti de l’hypothèse qu’un impact existait si on mesurait le temps de réponse sur d’autres continents. On a largement répondu à cette hypothèse car plus on est loin et plus le temps de réponse du site a été important. On a également mis en avant l’importance du site sur lequel on faisait les mesures en effet Pingdom et WebpageTest n’ont pas du tout donné les mêmes résultats. Quelle est la bonne valeur ? J’ai envie de répondre « WebpageTest » car elle correspond à celle de Chrome mais à creuser…

3 réactions au sujet de « Mesurer facilement le temps de chargement d’une page web – Mesurer à travers le monde »

  1. Merci pour l’article Cédric, je ne connaissais pas ces outils et les decouvre. Ne peut-on pas avoir des résultats pour les 3 avec exactement le même navigateur ? et depuis exactement le même endroit ? Car entre New York et Vancouver il y a tout de même 4500 kms, je ne sais pas si c’est négligeable. Qu’en penses-tu ?

    1. Oui tu as raison cela serait mieux mais je suis dépendant des sites que j’ai utilisé.

      Pour la distance New York/Vancouver en réalité cette distance est négligeable dans notre protocole de mesure.
      Les pertes de temps concerne les « noeuds » de connexion de la fibre optique
      Ci joint les cartes

Répondre à Stéphane Colson Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.